Deadzone, test du jeu

Bonjour,

Si vous avez suivi le blog depuis le début, vous devez savoir que j’ai peint les Panoceanians de la boîte Icestorm pour le jeu Infinity. Sauf que l’on m’a copieusement prévenu que Infinity n’était pas un jeu pour les joueurs disons … occasionnels et comme Des Figs sur un plateau a récemment fait l’acquisition, à vil prix, de tout le matériel pour jouer à Deadzone, on a décidé d’utiliser, lui, ses Nomads,  moi mes Panoceanians mais avec les règles du jeu Deadzone de chez Mantic.

La table appartient à Des Figs sur un plateau. Il y a les décors Mantic de la boite d’initiation de Deadzone (dont le tapis quadrillé, qui a son importance) et un paquet de trucs de chez Plastcraft, je crois. Le tout peint par ses soins et il faut dire que ce fut bien agréable d’y déployer nos forces.

Au compteur, déjà deux parties (sans compter la toute première en février) qui ont duré moins de 2h chacune. Bien entendu, je me suis fait tabula rasé lors de la première, à cause d’une série de déconvenues dont a bassement profité mon adversaire (et le fait que je n’avais pas compris deux ou trois trucs). Nous avons joué deux scénarios « patrouille ». La deuxième partie s’est un peu mieux déroulée (enfin de mon côté).

Le jeu en lui-même est simple, ça se joue en tour alterné, chaque figurine ayant deux actions et parfois ça peut paraître super expéditif, notamment la gestion des couverts. Que la fig soit cachée à 90% ou à 10%, c’est pareil et un petit bout d’antenne qui dépasse peut s’avérer fatal. C’est déstabilisant, très punitif et ça m’a paru très nerveux. Dans le même souci de simplicité, tout se mesure en cubes. Pas de réglettes, pas de gabarits …. on compte les cases (les cubes, donc). Personnellement j’adhère complètement, l’éditeur ne se cachant pas d’avoir pondu un objet hybride qui emprunte tant au wargame qu’au jeu de plateau …

Ou au jeu vidéo. La table est par exemple copieusement recouverte de jetons qui une fois ramassés offrent divers avantages comme de l’équipement, des bonus ou des points de victoire. Ça récompense la mobilité et l’opportunisme et donc, c’est fondamental pour contrebalancer le système de couvert peu rentable. Enfin, mais c’est important, à chaque tour chaque joueur lance ses dés de commandement qui lui permettront de constituer une petite réserve d’ordres utilisables pour le round en cours et qui permettront d’offrir aux figs des actions gratuites, des bonus au combat, des déplacements gratuits. Et c’est absolument pas du luxe tant une figurine mal placée et à court d’action est vulnérable.

Bref une belle découverte. Décidément, 2017 pourrait bien être l’année Mantic (Dungeon Saga est une bombe ludique et Walking Dead, Out of War me fait méchamment de l’oeil alors que la licence m’indiffère pas mal).

A bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s